Enseigner dans une
Ècole de l’Ontario

   
    



Salles de classe en Ontario

Les salles de classe en Ontario ont tendance à être moins structurées officiellement que celles de nombreux autres pays. Les élèves du cycle primaire (de la maternelle à la 3e année) ne s'assoient pas habituellement en rangées, mais plutôt en groupes. Aux cycles moyen et intermédiaire (de la 4e à la 8e année), on rencontre des élèves en rangées et en groupes. Les élèves s'assoient de plus en plus en rangées à mesure qu'ils vieillissent. Dans certains cas, l'école ou le conseil scolaire mentionne sa préférence, mais le personnel enseignant décide en général de l'organisation de la salle de classe.

Les interactions entre élèves et personnel enseignant doivent être respectueuses, sans être trop formelles. Les enseignantes et les enseignants des écoles de langue anglaise sont appelés en grande partie par leur nom de famille. Les élèves en général ne s'adressent pas à l'enseignante ou à l'enseignant en employant son prénom, toutefois, cette situation peut se produire au cycle primaire dans certaines écoles de langue française (francophones).

Pour en savoir davantage à propos de l'organisation des salles de cours en Ontario, contactez une école de votre voisinage et demandez à la visiter.   

Nombre d'élèves par classe

Le ministère de l'Éducation de l'Ontario a fixé des limites relatives à la taille moyenne des classes pour les écoles élémentaires et secondaires de chaque conseil scolaire. Les conseils tentent généralement d'offrir des classes de petite taille au cycle primaire; ces dernières comportent habituellement près de 25 élèves. Le gouvernement ontarien essaie présentement d'en diminuer le nombre à un maximum de 20 élèves par classe, mais ce règlement n'a pas encore été entériné par la Loi sur l'éducation. Si la classe compte plus de 25 élèves, une assistante ou un assistant en enseignement accompagne quelquefois le personnel enseignant. Aux cycles moyen, intermédiaire et supérieur, les classes comportent de 25 à 35 élèves. Tandis que la taille des classes varie grandement à l'échelle de la province, on compte, en ville, dans bon nombre de classes de divers cycles près de 30 élèves par classe.

Classes partagées et multiples

On rencontre souvent en Ontario des élèves de deux années différentes qui se trouvent dans la même classe. Citons, par exemple, une école avec une classe partagée comportant des élèves de 3e et de 4e année à qui une enseignante ou un enseignant enseigne dans la même classe. Les enfants se trouvent donc dans un même lieu mais recevront l'enseignement des matières du curriculum selon leur année d'étude. On trouve en général des classes partagées à l'école élémentaire plutôt qu'à l'école secondaire.

Dans des régions éloignées de la province, les classes partagées et multiples sont très populaires. Fidèles à leur nom, les classes multiples sont composées d'enfants de diverses années d'études (plus de deux).

Discipline

En général, le personnel enseignant, avec l'appui de la personne à la direction ou de la directrice adjointe ou du directeur adjoint, exerce une discipline conforme aux politiques énoncées par le conseil scolaire et le ministère de l'Éducation. En aucun cas, l'enseignante ou l'enseignant ne peut exercer une méthode disciplinaire envers les élèves qui n'est pas conforme aux lignes directrices de l'école ou du conseil. À titre d'enseignante ou d'enseignant, n'hésitez pas à demander une copie des politiques disciplinaires du conseil scolaire.

Veuillez prendre note que les punitions corporelles sont formellement interdites dans les écoles de l'Ontario. Toute violation de cette politique résulte en sanction allant de la suspension au licenciement. Il est également important de mentionner que le ministère de l'Éducation de l'Ontario désapprouve toute punition corporelle et considère toute faute de cette nature comme une infraction majeure aux règles de conduite.   

Depuis 2000, la discipline au sein des écoles subventionnées par les fonds publics de l'Ontario est assujettie à la   Loi sur la sécurité dans les écoles . La loi souligne les raisons pour lesquelles une ou un élève peut et doit être suspendu ou expulsé de l'école.

Hymne national

Tel que mentionné dans la Loi sur l'éducation, les élèves des écoles en Ontario doivent chanter l'hymne national Ô Canada , au début ou à la fin de chaque journée d'école. Les écoles peuvent également choisir des élèves qui réciteront le serment de citoyenneté canadienne; ceci n'est pas requis et est laissé à la discrétion de la personne à la direction.

Présence

L'assiduité à l'école est indispensable pour l'élève qui veut bien réussir. Le personnel enseignant prend note des présences et retards, et doit indiquer cette information au bulletin de l'élève. Si de fréquentes absences entravent le progrès de l'élève en classe, le personnel enseignant en discutera avec les parents.  

Activités parascolaires et parallèles au programme

Les activités parascolaires et parallèles au programme sont toutes activités qui se produisent sur les terrains d'école mais qui ne font pas partie du curriculum officiel. Ces activités comprennent la participation aux équipes sportives de l'école, aux pièces de théâtre, aux clubs et aux groupes académiques. En Ontario, les termes utilisés pour décrire ce type d'activités sont Activités complémentaires. La participation du personnel enseignant aux activités complémentaires n'est pas requise par la province et est considérée volontaire. Cependant, les activités complémentaires sont perçues comme étant une partie extrêmement importante de l'expérience éducative.

Code relatif à la tenue vestimentaire

La plupart des écoles secondaires catholiques ont des règlements qui obligent les élèves à se conformer au code relatif à la tenue vestimentaire. Le ministère de l'Éducation de l'Ontario permet aux autres écoles d'utiliser un code vestimentaire, uniquement si elles le désirent. Tous les codes vestimentaires adoptés par les écoles doivent se conformer aux lignes directrices du Ministère. En conséquence, tous les codes vestimentaires doivent être abordables et conformes au Code canadien des droits de la personne et à la Charte canadienne des droits et libertés.